Revue et swatchs de la palette Afterdark d’Urban Decay

Lorsqu’ils sont apparus, les  premiers visuels de la palette Afterdark d’Urban Decay ont fait battre mon cœur. Malheureusement il a fallu attendre le mois de janvier de cette année pour qu’elle atteigne nos frontières. Il s’agit malheureusement d’une exclusivité internet, il est donc très difficile de voir à quoi elle ressemble en vrai à moins de connaître quelqu’un qui la possède déjà. Pour ma part je me suis fiée à mon instinct et mon coup de cœur et l’ai commandée dès que je l’ai pu.

Ai-je eu raison de me précipiter ou aurais-je du lire des revues sur internet ? Je vous livre aujourd’hui mon avis complet sur la palette + des swatchs en fin d’article !

Palette Afterdark d'Urban Decay Packaging cartonné (1).jpg

Le packaging cartonné de la palette est extrêmement réussi et fait partie de ceux que l’on aime bien garder. Sur une base violette se superposent diverses couleurs qui, à la manière d’une texture duochrome, évoluent en fonction du reflet de la lumière. La police est plutôt sobre comparée au reste et on peut lire la mention « Late Night, Anything Goes », voilà qui annonce le thème de cette palette consacré au maquillage de soirée.

Sur l’emballage extérieur la texture est plus lisse et les reflets sont bien moins présents. Un peu dommage, surtout que cette surface marque absolument toutes les traces de doigts. J’ai bien essayé de la nettoyer ou ne serait-ce que frotter mais après coup il en ressort une légère odeur de fumée pendant quelques secondes. Plutôt étrange. même si à mon avis cela doit venir de la texture et des couleurs duochromes….

Palette Afterdark d'Urban Decay intérieur palette (4).jpg

À l’intérieur : une explosion de couleur promettant de superbes maquillages de soirée ! Vous devez néanmoins savoir que que 3 des teintes sont déjà connues : Lounge, Fringe et Backfire. Cependant les 7 autres sont totalement inédites !

Au milieu des fards, au nombre de 10 donc et présentés sur un revêtement noir, on retrouve un pinceau double embout à la manière des autres palettes de la marque. La qualité est toujours aussi bonne et même si e préfère malgré tout mes Sigma celui-ci dépanne bien lorsque l’on part en voyage.

On retrouve également à l’intérieur un miroir prenant toute la taille de la palette. Un point important pour moi puisque je délaisse de plus en plus le miroir de ma salle de bain au profit de ceux présent dans mes palettes.

On a donc d’un côté un embout plat assez touffu parfait pour poser la matière en aplat sur la paupière ou pour travailler le coin externe. De l’autre côté il s’agît d’un embout plat et fin cette fois-ci, parfait pour le coin interne ou le ras de cil.

Palette Afterdark d'Urban Decay Fards zoom (1)

Voyons les différents fards d’un peu plus près en commençant par les 4 de gauche…

Alter : Un champagne légèrement doré idéal en touche lumière au coin de l’oeil, en highlighter sur les pommettes (si si c’est possible) ou bien tout simplement pour rehausser un maquillage.

Scene : Un vieux rose un peu gold selon la lumière, hyper canon et très portable dans la vie de tous les jours, il s’agît de l’un de mes coups de cœur de la palette.

Druggie : Un fard que j’adore mais que je n’utilise pourtant que très peu ! Ce petit violet parme ressors pourtant très bien, il faut que je l’utilise plus souvent.

Backfire : Comment vous dire que je l’aime beaucoup lui aussi ? Il s’agit cette fois d’un prune assez soutenu, je l’adore en coin externe pour densifier le regard.

Palette Afterdark d'Urban Decay Fards zoom (2).jpg

Passons maintenant aux 6 fards de droite, les plus foncés.

Supersonic : Je l’utilise à toutes les celui-ci, c’est sûrement LE coup de cœur de cette palette. C’est un genre de cranberry aux reflets métalliques.

Sinful : Une teinte de fard qui me manquait dans ma collection : un doré chaud un peu mordoré.

Off Duty : Second plus gros coup de cœur de la palette : ce brun chocolat légèrement glacé.

Lounge : Il s’agit là d’un duochrome qui passe du marron au vert selon la lumière. (si vous connaissez le Club de chez MAC, c’est exactement ça).

Fringe : Sûrement la teinte que je porte le moins : ce bleu canard n’en reste pas moins canon.

Paralyzed : Le petit dernier est un bleu navy absolument superbe.

Palette Afterdark d'Urban Decay swatchs fards doigts (2).jpgde gauche à droite : Sinful, Fringe et Scene

SWATCHS :

Voilà la partie que vous attendez toutes : les swatchs !

Palette Afterdark d'Urban Decay Swatchs fards zoom (1).jpgde gauche à droite : Alter, Scene, Druggie et Backfire

Palette Afterdark d'Urban Decay Swatchs fards zoom (2).jpgde gauche à droite : Supersonic, Sinful, Off Duty, Lounge, Fringe et Paralized

Je pense que ça se remarque sur les swatchs, Alter et Scene sont des fards assez discrets et il m’aura fallu quelques passages afin d’obtenir ce rendu. A contrario les fards Supersonic, Fringe et Paralized sont les plus pigmentés.

Palette Afterdark d'Urban Decay Swatchs fards (1).jpgde gauche à droite : Alter, Scene, Supersonic, Sinful, Off Duty, Druggie, Backfire, Lounge, Fringe et Paralized

Les teintes proposées, bien que très axées makeup de soirée sont tout à fait portables au quotidien. Tout dépendra de la manière dont vous vous maquillez mais certaines, même en petite touche pourront faire leur effet. Deux exemples de maquillage assez simples à réaliser (de jour ou de soirée c’est à vous d’en juger) :

(Désolé pour l’épilation des sourcils douteuse, je laisse repousser pour les restructurer une nouvelle fois afin d’avoir une meilleure symétrie)

Maquillage avec la palette Afterdark d'Urban Decay (1).jpgScene en coin interne, Sinful au milieu de la paupière, du ras de cil et au coin de l’oeil, Supersonic en coin externe et en ras de cil, Alter sous l’arcade sourcilière

Maquillage avec la palette Afterdark d'Urban Decay (2).jpgAlter en coin interne et sous l’arcade sourcilière, Fringe au milieu, Paralized en coin externe et ras de cil

Les couleurs s’associent bien entres-elles et la limite des maquillages que vous pourrez créer sera votre imagination. Mais malgré la diversité des teintes, je me dois de noter que cette palette ne se suffit pas complètement à elle-même, pour cela il lui fraudait au moins un fard couleur chair et un fard de transition et elle serait complète à mon sens.

Au banc des regrets on notera également un packaging trop facilement salissable et des fards plus poudreux que ceux proposés dans les palettes Naked. Certains sont moins pigmentés que d’autres et nécessiteront plusieurs passages, heureusement à l’aide d’une base on peut s’en sortir.

Elle reste une très bonne palette nous permettant une multitude de maquillages colorés et qui complète à merveille une collection de basique. Aurais-je regretté de l’avoir acheté au prix fort en sachant maintenant ce qu’elle vaut ? Peut-être, car plus de 50€ une palette de 10 fards ça commence à faire beaucoup. (En comparaison la Sweet Peach de Too Faced vaut 47€ pour 18 fards !). Mais au final, est-ce que je suis ravie de la posséder en sachant que je l’ai acheté à 38€ grâce aux -25% ? Absolument !!!

Et vous, craquera ou craquera pas pour cette palette ? 


Lien utile :

• En exclusivité sur le site de Sephora ou sur le site d’Urban Decay


signature

Publicités

9 réflexions sur “Revue et swatchs de la palette Afterdark d’Urban Decay

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s